Imagerie satellitale

 

Durant les 25 dernières années, nous nous sommes tous habitués dans nos médias (journaux, télévision, internet) à la présence des images de la Terre en provenance des satellites et à la fascination qu’elles exercent. Cette fascination réside dans deux aspects complémentaires :
- La vision globale et animée de notre planète qu’offrent les satellites météorologiques du type Météosat, qui donnent surtout à voir le mouvement des masses d’air et des nuages, éventuellement celui des courants marins sur une Terre en rotation et en mouvement perpétuel.
- La précision cartographique, à l’échelle de la parcelle agricole, de l’usine, du quartier ou de la maison individuelle qui nous est offerte par les satellites d’observation de la Terre à haute ou très haute résolution spatiale. Ces images sont aujourd’hui accessibles par les portails « géographiques » du type Google Earth, mais leurs caractéristiques ne permettent que des mises à jour très espacées.

Les années 2000 sont marquées par la diversification des systèmes d’observation de la Terre, dont le capteur MODIS (Moderate Resolution Imaging Spectroradiometer) est un des exemples les plus aboutis. A bord des satellites Aqua et Terra, le système offre des caractéristiques intermédiaires entre celles des deux types classiques d’imagerie. Il permet une surveillance quasi-quotidienne de la Terre toute entière, et met en évidence les changements de l’environnement à des pas de temps de l’ordre de la semaine. La résolution spatiale (250 à 500 m) est adaptée et définie pour la détection de phénomènes naturels terrestres (inondations, feux de forêts) ou marins (courants, production primaire liée à la photosynthèse) mais elle permet également de mettre en évidence la présence et l’action de l’homme sur l’environnement : l’activité agricole, l’irrigation et l’urbanisation, mais aussi la déforestation et les pollutions de grande échelle.

Les applications scientifiques du système MODIS concernent la surveillance de l’environnement planétaire : atmosphère, océan et biosphère. C’est dans cette perspective que le Laboratoire d’Optique Atmosphérique, à l’Université des Sciences et Technologies de Lille s’est engagé dans l’acquisition continue des images et leur traitement en routine, avec toute la rigueur scientifique que permet sa grande expérience du traitement de l’imagerie satellitaire, en particulier de la modélisation et de la correction des effets atmosphériques.

Mais au-delà de la communauté réduite des utilisateurs scientifiques, les images MODIS peuvent constituer un outil remarquable pour l’éducation à l’environnement et au développement durable, tout en offrant plus de visibilité aux activités scientifiques du LOA. C’est dans cette perspective que le Laboratoire d’Optique Atmosphérique a réalisé un site Web dédié à la consultation, au téléchargement et à l’analyse de l’imagerie MODIS, avec la collaboration de géographes de l’USTL et de l’ENS, et d’autres collègues issus des sciences de l’environnement (géologues, biologistes, etc…) susceptibles d’être intéressés par ce projet.

Le site a été conçu pour s’adresser à un public large d’enseignants et d’étudiants, et au grand public averti. Il permet de consulter, sélectionner et télécharger des images préalablement étalonnées, corrigées des effets atmosphériques et géo-référencées (de façon à permettre la cartographie) selon les méthodes les plus rigoureuses. Il offre de plus une sélection de séquences d’images commentées et une rubrique d’actualité sur des événements récents ou en cours observés depuis l’espace : catastrophes naturelles, actualité climatique, etc...

 
Accès au site : cliquer sur le logo