Ecole de printemps "Arts et Géographies"

S1, 6 ECTS

 

Responsables  : Pauline Guinard (Ecole Normale Supérieure de Paris) et Suzanne Paquet (Université de Montréal)

 

 

Descriptif

La géographie, les arts et l’histoire de l’art partagent un certain nombre d’objets, de sujets, de méthodes ou de notions communs, parmi lesquels nous pourrions citer le paysage, l’environnement, l’espace public, la ville, la cartographie ou bien encore la photographie, entre autres modes de représentation. Depuis sa première édition en 2016, l’École de printemps « Arts et géographies » se donne pour objectif premier de réfléchir et de concrétiser les liens existants entre ces disciplines, qui ne sont que trop rarement examinés, en vue de créer de nouvelles passerelles entre elles, tant théoriques que méthodologiques.

Nous nous intéresserons plus spécifiquement en 2017 au thème des publics et de la réception des arts. En effet, depuis les dernières décennies du XXe siècle, certaines entreprises ou organisations, et notamment les administrations publiques, tendent à attribuer aux arts (en particulier à celui qui se trouve dans le domaine public), toutes sortes de fonctions qui ne sont pas seulement esthétiques mais qui sont aussi sociales, économiques et politiques. Les arts auraient ainsi le pouvoir de ré-enchanter les espaces, d’attirer des visiteurs et des investisseurs, de promouvoir la participation des citadins à la fabrique et à la vie de la cité ou bien encore de créer du lien social. Si ces discours ont été analysés, souvent de manière critique par certains historiens et géographes de l’art (voir par exemple : Deutsche, 1992 ; Miles, 1997 ; Vivant, 2009), les effets concrets de ces arts sur les lieux dans ou avec lesquels ils sont produits, ainsi que sur les publics pour qui ou avec qui ils sont produits, constituent encore largement un aspect sous-étudié (Zebracki, 2011 ; Guinard, 2014). A l’heure où les arts sont de plus en plus présents dans le domaine public, notamment urbain, des sociétés contemporaines, nous gagnerions pourtant à nous demander – au-delà des discours incantatoires – quels sont les publics (en termes de classe sociale, de genre, d’âge, etc.) touchés ou susceptibles de l’être par ces arts et quels sont les types de publics effectivement produits : actifs, amateurs, passifs, involontaires, « non-publics » ? Il importe également de vérifier quelles sont les véritables conséquences (spatiales, environnementales, représentationnelles, etc.) de la présence et de la visibilité croissantes des arts dans la vie urbaine, ainsi que de leur constante interaction avec les citadins. Enfin, sur le plan méthodologique, il est crucial de s’interroger sur les méthodes et les outils qui nous permettent, en tant qu’historiens et géographes de l’art, de répondre à l’ensemble de ces interrogations.

L’ambition de cette deuxième édition de l’École de printemps « Arts et géographies » consistera précisément à prendre le temps d’examiner plus en détails ces questions portant sur les publics et la réception des arts dans nos sociétés contemporaines.Pour ce faire,cette École de printemps réunira artistes, géographes, urbanistes et historiens de l’art et comprendra quelques visites in situ en particulier dans la Zone d’aménagement concertée Paris Rive-Gauche.

 

Planning

 

  • Lundi 29 mai

Introduction générale 

Pauline Guinard & Suzanne Paquet

Arts, environnement et publics

Bénédicte Ramade – « Complices ou coupables : quel public pour l’Anthropocène ? »

Hervé Régnauld – « La relation entre les pratiques plastiques et les enjeux "écologiques" : un débat public ? »

 

  • Mardi 30 mai : Arts et espaces publics

Laurent Vernet – « Penser les publics par les espaces publics »

Antonin Margier – « L’art comme expérience des espaces publics »

Elsa Vivant – « Mobiliser des moyens de l’art pour élargir les publics d’une recherche sur l’espace public »

 

  • Mercredi 31 mai : ZAC Paris-Rive Gauche

Visite de la ZAC Paris-Rive Gauche avec Clotilde Kullmann et un artiste

Exploration libre de la ZAC Paris-Rive Gauche par les participants, suivie d’une mise en commun

 

  • Jeudi 1er juin : Arts, images et réception

Clotilde Kullmann – « De la transformation à la circulation de l’image des marges urbaines par l’art "éphémère" »

Bertrand Pleven – « Territorialités filmiques, quand les images débordent les écrans : Paris, Los Angeles, perspectives croisées »

Marta Boni – « Géolocaliser les traces de la réception : quelle spécificité pour l’art contemporain ? »

 

 

  • Vendredi 2 juin : Arts, publics et participation

Marie-Kenza Bouhaddou, Patrick Le Bellec et Nabyl Karimi – « Des projets artistiques qui font participer. Tâtonnements méthodologiques en zone(s) sensible(s) »

Suzanne Paquet – « Trajectoires : œuvres furtives, images publiques »

 

  • Samedi 3 juin

Arts, numérique et publics

Emmanuel Château – titre à définir

Conclusion

Pauline Guinard & Suzanne Paquet

 

Pot de clôture

 

Dates : du 29 mai au 3 juin 2017
 
Horaires : de 9h30 à 12h30 puis de 14h à 17h
 
Lieux : la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme (Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme 75013 Paris) et l’Ecole Normale Supérieure de Paris - Campus Jourdan (48 Boulevard Jourdan 75014 Paris)
 
Inscription : l’inscription est obligatoire et payante. Le montant de l’inscription s’élève à 20 € (sur demande, des exonérations pourront être accordées au cas par cas pour les participants en difficulté). Les inscriptions sont à faire avant le 31 mars 2017 à l’adresse suivante : artsetgeographies@gmail.com

 

Validation : pour les étudiants, le suivi de cette Ecole de printemps peut donner lieu à l’obtention de 6 ECTS. La validation se fera en fonction de plusieurs critères (assiduité, participation) et divers types de rendus écrits (résumés critiques d’articles, bref dossier de présentation d’œuvres d’art dans l’espace public, mini-mémoire de recherche).