Journée d’étude - L’héritage intellectuel de Thérèse Delpech (1948-2012) - 12 octobre 2022

 

L’héritage intellectuel de Thérèse Delpech (1948-2012)

Haute fonctionnaire et philosophe

[Appel à contribution]

Journée d’études - 12 octobre 2022

CIENS

Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm

 

english version below

 

Haute fonctionnaire spécialiste des questions internationales et stratégiques, Thérèse Delpech a été directrice de la prospective au Commissariat à l’Energie Atomique et membre de la commission des Nations Unies sur le désarmement en Irak. Elle était aussi une philosophe soucieuse de contribuer à éviter un « ensauvagement » du monde, un retour à la barbarie dont elle constatait l’émergence dans les relations internationales[1].

L’objectif de cette journée d’études est de revenir sur sa trajectoire professionnelle, de rendre compte de la circulation des notions et concepts de son œuvre et de prendre la mesure de son héritage intellectuel, aussi bien philosophique que stratégique.

Il est proposé d’abord de revenir sur son parcours, en lisant et en relisant ses textes, mais aussi en écoutant le témoignage de ceux qui l’ont connue. Pour cette philosophe humaniste, l’histoire et la littérature étaient des outils de compréhension du monde : elle fut en effet une actrice essentielle de la stratégie de la dissuasion en France, dans la continuation des travaux de Pierre Hassner.

Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, essayiste et chercheuse, ainsi que haute fonctionnaire au service de l’État, Thérèse Delpech s’inscrit dans l’interdépendance de la réflexion philosophique avec les propositions stratégiques. C’est qu’elle se propose de renouer avec une intelligence de l’histoire qui ne peut se faire sans une réflexion éthique. Son idéalisme ne l’empêche pas de formuler une sympathie pour le présent tout en prenant conscience de sa responsabilité pour l’avenir.

Face au triomphe d’une pensée abstraite du progrès technique qu’elle dénonçait pour mieux souligner la nécessité d’une intelligence de la situation et de l’exigence morale, son œuvre exprime la nécessité de renouveler notre compréhension de la « grammaire stratégique ». Ce renouvellement passe par une émancipation des préjugés du passé ainsi qu’une prise conscience des enjeux éthiques qu’elle suppose, par opposition à une omniprésence du machiavélisme dans les relations internationales. Son œuvre adopte pourtant un regard sombre sur la puissance et la montée de l’irrationalité dans le monde, notamment dans L’Ensauvagement (2005), car la poursuite d’idéaux n’était pas, pour elle, un obstacle à la formulation d’un constat lucide sur le monde contemporain. L’inquiétude face à un « retour de la barbarie » doit, selon elle, être le point de départ d’une réflexion sur l’avenir. Il faudrait en effet évaluer à la lumière des évènements contemporains les trois paris qu’elle propose à la fin de cet essai : l’intensification du terrorisme, la prolifération des armes de destruction massive et l’évolution des relations sino-américaines, puisque « l’Asie est l’épicentre des affaires stratégiques et non seulement des affaires tout court »[2]. Cette relecture n’occulterait pas la dimension non-consensuelle de certaines de ses positions, comme son soutien en faveur de l’intervention en Irak en 2003.

Il s’agira aussi de réfléchir à la façon dont ses réflexions se prolongent aujourd’hui, puisque son œuvre tente de définir la nature et les conditions de l’activité politique, tout en faisant appel à l’action et à la transmission. Lire les travaux de Thérèse Delpech conduit à prendre conscience de l’importance d’une constitution d’une culture stratégique, qui se réaliserait par l’enseignement des enjeux stratégiques et de dissuasion nucléaire, par la transmission de savoirs entre États, et par une stratégie de coopération et de médiation.

 

 

 

 

Dans l’optique de rendre compte tant de la trajectoire intellectuelle de Thérèse Delpech que de la circulation de son œuvre en France et à l’étranger et souligner sa postérité, trois axes seront principalement envisagés lors de cette journée d’étude :

 

Thérèse Delpech : une trajectoire intellectuelle et professionnelle originale dans le milieu des affaires stratégiques.

Dans une perspective de sociologie des intellectuels et de l’expertise, les communications sont invitées à rendre compte de la formation en humanités de Thérèse Delpech, de son parcours aux Etats-Unis et aux Nations-Unies et de l’accueil qu’elle y a rencontré. Elles pourront chercher à mettre en valeur ce que cette trajectoire professionnelle permet comprendre de l’évolution des relations entre le milieu stratégique américain et le développement d’études et réflexions stratégiques en France durant et depuis la fin de la guerre froide. En insistant sur son parcours intellectuel, les contributions pourront aussi insister sur les rapports entre disciplines des sciences sociales et l’élaboration d’une pensée stratégique en France et ailleurs, en insistant sur la place singulière occupée par l’histoire comme discipline dans le développement des analyses stratégiques mais aussi sur l’interdépendance de la philosophie et de la stratégie et plus particulièrement sur les rapports entre philosophie éthique et diplomatie.

 

Thérèse Delpech : l’histoire et la circulation d’une œuvre et des concepts de la dissuasion nucléaire aux XXème-XXIème siècles

Dans une optique différente, valorisant l’étude de l’histoire des idées et leurs circulations, les communications pourront analyser certains concepts de l’œuvre de Thérèse Delpech et leurs circulations entre la France et les Etats-Unis. « L’ensauvagement du monde », « La démission des nations », « La politique du chaos », « L’homme sans passé » sont des termes et concepts qui pourront notamment être au centre de l’attention. En ce sens, les communications pourront ainsi se pencher plus précisément sur la diffusion de ces concepts clefs et rendre compte des institutions académiques et administratives par lesquelles se sont faites leurs diffusions. Elles pourront aussi souligner le rapport aux médias pour s’intéresser à la diffusion des œuvres et de la pensée Thérèse Delpech dans le débat public.

 

Thérèse Delpech : la postérité d’une œuvre dans l’étude contemporaine des relations internationales et du rôle de la dissuasion nucléaire 

Dans un dernier axe d’analyse, les propositions de communications pourront chercher à montrer l’actualité de l’œuvre de Thérèse Delpech et son utilité dans l’étude des bouleversements stratégiques contemporains. Elles pourront mettre en rapport son œuvre avec le retour d’une guerre de haute intensité sur le sol européen après l’invasion de l’Ukraine en février 2022. Elles pourront insister aussi sur les enjeux de la non-prolifération nucléaire identifiés dans son œuvre comme des ordres et désordres nucléaires, sur l’émergence des puissances asiatiques, ou encore sur la permanence de la question de la dissuasion nucléaire dans la stratégie diplomatique et militaire française. De cette manière, cette journée d’étude pourrait contribuer au fait de mieux comprendre comment penser la dissuasion nucléaire au XXIème siècle et ainsi mieux mettre en valeur les enjeux de la constitution et de la diffusion d’une culture de la dissuasion nucléaire dans l’espace public en général et dans le monde académique en particulier. 

 

 

 

 

Modalités de contribution

L’appel est ouvert aux étudiants, doctorants et chercheurs postdoctoraux en philosophie, en histoire et en sciences sociales, ainsi qu’aux experts de la stratégie. Les travaux et discussions auront lieu en français et en anglais.

Les propositions doivent être transmises à l’adresse suivante : ciens@ens.psl.eu avant le 15 septembre 2022, et respecter une limite d’environ 300 mots.

La proposition doit être accompagnée de votre nom complet, de la ou les disciplines dans laquelle/lesquelles vous êtes inscrit ou diplômé, du nom de l’Université d’accueil et du laboratoire de rattachement, le cas échéant.

Contact : ciens@ens.psl.eu



[1] D’après le titre de son livre L’Ensauvagement du monde : le retour de la barbarie au XXIème siècle, Grasset, 2005. Il s’agit d’un livre de philosophie morale dont la signification du concept-titre n’a aucun lien avec sa réutilisation dans le contexte politique contemporain. 

[2] Thérèse Delpech, L’Ensauvagement du monde : le retour de la barbarie au XXIème siècle, Grasset, 2005 (p. 81)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thérèse Delpech’s intellectual legacy (1948-2012)

Senior civil servant and philosopher

[Call for papers]

Workshop – 12th October 2022

CIENS

Ecole Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm (Dussane)

 

 

 

 

Thérèse Delpech was a senior civil servant and an expert in international and strategic issues. As such, she was Director of Public Policy at the French Atomic Energy Commission and a member of the United Nations commission on disarmament in Iraq. She was also a philosopher concerned with avoiding the beginning of the “savage century”[1], i.e. a return to the barbarism she saw emerging in international relations.

The aim of this workshop is to look back at her professional career, to give an account of the circulation of the notions and concepts in her work and to take the measure of her intellectual heritage, both philosophical and strategic.

We first propose to learn from her by reading and rereading her texts, but also by listening to the testimony of those who knew her. We must also pay tribute to this humanist philosopher, for whom history and literature were tools for understanding the world, and who was an essential player in the strategy of deterrence in France, in line with Pierre Hassner’s work.

As a former student of the Ecole Normale Supérieure, an essayist and researcher, as well as a senior civil servant in the service of the State, Thérèse Delpech always maintained an interdependence of her philosophical reflection and her strategic proposals throughout her work. This is because she proposes to revive an understanding of history that cannot be achieved without ethical interrogations. Her idealism does not prevent her from voicing a sympathy for the present while being aware of our responsibility for the future.

Faced with the triumph of abstract thinking about technical progress to the detriment of an understanding of the state of affairs and of moral requirements, her work speaks of the need to renew the doctrine of deterrence. This renewal requires an emancipation from the prejudices of the past as well as an awareness of the ethical stakes involved, as opposed to the omnipresence of Machiavellianism in international relations. Her work shows a dark vision of power and the rise of irrationality in the world, notably in L’Ensauvagement (2005), as the pursuit of ideals was not, in her case, an obstacle to a lucid assessment of the state of the world. This awareness of the return of barbarism must serve as a starting point for trying to anticipate the future. Indeed, the three bets she articulates at the end of this essay should be assessed in the light of contemporary events : the intensification of terrorism, the proliferation of weapons of mass destruction and the evolution of Sino-American relations, since ’Asia is the epicentre of strategic affairs and not only of affairs in general’[2]. This re-reading would be an opportunity to consider the non-consensual dimension of some of her convictions, such as her support for the intervention in Iraq in 2003.

It would also be an opportunity to reflect on how we can extend her reflections today, since her work seeks to think about the nature and conditions of political activity, but also acts a call to action and transmission. To read Delpech is to become aware of the importance of building a strategic culture which would be achieved, on the one hand, through teaching the challenges that this strategy presents, but also through the transmission of knowledge between states by means of cooperation and mediation.

The intent of this workshop is therefore to address specialists and experts in the field of strategy, but also to encourage students to tackle these issues themselves.

 

 

 

 

 

To give an account of Thérèse Delpech’s intellectual trajectory and the circulation of her work in France and abroad, and to underline her posterity, three main axes will be considered during this workshop :

 

Thérèse Delpech : a unique intellectual and professional trajectory in the world of strategic business

From the perspective of the sociology of intellectuals and expertise, papers are invited to give an account of Thérèse Delpech’s studies in the humanities, her career in the United States and the United Nations, and the reception she received there. They will seek to highlight what this professional trajectory allows us to grasp of the evolution of the relations between the American strategic environment and the development of strategic studies and reflections in France during and since the end of the Cold War. By focusing on her intellectual career, the contributions will also be able to emphasise the relationship between social science disciplines and the development of strategic thinking in France and elsewhere, by stressing the unique place occupied by history as a discipline in the development of strategic analyses, but also the interdependence of philosophy and strategy and more particularly the relationship between ethical philosophy and diplomacy.

 

Thérèse Delpech : history and circulation of a work and concepts of nuclear deterrence in the 20th-21st centuries

From a different perspective, valuing the study of the history of ideas and their circulation, the papers may choose to give an account of certain concepts in the work of Thérèse Delpech and their circulation between France and the United States. "The savage century", "The abdication of international responsibility", "The politics of chaos" are terms and concepts that could be at the centre of attention during this workshop. In this sense, the papers could focus more precisely on the outreach of these key concepts and give an account of the academic and administrative institutions through which they were promoted. They will also be able to highlight the relationship with the media in order to focus on the outreach of Thérèse Delpech’s work in the public debate.

 

Thérèse Delpech : the posterity of a work in the contemporary studies in international relations and on the nuclear deterrence strategy

 

In a final line of argument, the proposals for papers may seek to show the topicality of Thérèse Delpech’s work and its usefulness in the study of contemporary strategic upheavals. They could relate her work to the return of a high-intensity war on European soil after the invasion of Ukraine in February 2022. They could also focus on the issues of nuclear non-proliferation identified in her work as nuclear orders and disorders, on the emergence of Asian powers, or on the permanence of the issue of nuclear deterrence in French diplomatic and military strategy. In this way, this workshop could contribute to a better understanding of how to think about nuclear deterrence in the 21st century and thus better highlight the challenges of the constitution and transmission of a strategic culture in the public space in general and in the academic world in particular.

 

 

The Interdisciplinary Centre for Nuclear and Strategic Studies (CIENS) is a teaching and research platform devoted to nuclear deterrence and strategic issues in the broadest sense, in an interdisciplinary approach and in partnership with the Ministry of Defence. To this end, it brings together a coherent set of introductory courses and research activities. These themes are not sufficiently present in the academic world today, even though power relations between states remain, twenty-five years after the end of the Cold War, at the heart of the international system and continue to include a strong nuclear dimension. Their analysis and proper understanding require a multiplication of disciplinary approaches, at the crossroads of sciences and social sciences (history, geography, philosophy, law, economics, etc.).

 

 

How to contribute :

The call is open to students, doctoral candidates and post-doctoral researchers in philosophy and history, as well as strategy experts.

You can send your proposal to the following address : ciens@ens.psl.eu before September 15th, 2022 and must respect a limit of approximately 300 words.

The proposal must mention your full name, the field(s) of study in which you are registered or graduated, the name of the host university and the laboratory of affiliation, if any.

Contact : ciens@ens.psl.eu



[1] From the title of her book The Savage Century : Back to Barbarism, 2008. This is a book about ethical philosophy whose meaning of the concept-title has no connection with its reuse in the contemporary political context. 

[2] Thérèse Delpech, The Savage Century : Back to Barbarism, Brookings Institution, 2008 (p. 81)