Accueil / Cours Nouvelles compréhensions du monde

Cours Nouvelles compréhensions du monde

Un regard nouveau et réflexif sur nos manières de penser et de vivre notre humanité

À la faveur d’une grande conversation interculturelle et interdisciplinaire, le cours Nouvelles compréhensions du monde est un cours pluri-disciplinaire, enseigné à plusieurs voix et portés par des institutions en Afrique et en France. Ce cours est une invitation à porter un regard nouveau et réflexif sur nos manières de penser et de vivre notre humanité dans un monde en recomposition ; à appréhender, où que l’on vive, les grands enjeux et les urgences ; à questionner, dans ce moment de profondes mutations, nos compréhensions, nos catégories de pensée, nos modes d’action, nos imaginaires et nos croyances ; et à nous en libérer pour « apprendre à penser » ensemble notre présent, lui donner un sens, et le prolonger dans un futur habitable en commun.

Il s’agit de poser la première pierre d’un parcours de formation transnationale inédite entre l’Europe et l’Afrique, fondé sur la mise en partage des enjeux fondamentaux du XXIe siècle et la co-construction de nouvelles façons de penser, de comprendre et de répondre à ces enjeux vitaux.

Ce cours s’adresse à celles et ceux qui cherchent à réarmer leur pensée, à questionner et enrichir leurs perceptions et visions d’un monde complexe et mouvant, à prendre du recul, décider et agir de manière plus éclairée et inventive face aux défis des mutations contemporaines, à se projeter dans de nouvelles approches et les traduire concrètement dans leurs activités professionnelles (y compris la recherche) actuelles ou à venir. 

En 2023-2024 

« Au-delà de l’humain, repenser le vivant :

nouvelles façons de penser et d’agir »

En 2023-2024, le cours « Nouvelles compréhensions du monde » (NCM) a comme fil directeur la transformation du rapport entre les humains et le vivant. En effet, le changement climatique et la perte accélérée de la biodiversité sous l’action des humains ont contribué à vider de sa substance le paradigme occidental de la séparation entre l’humain et la « nature ». Il est désormais impossible de continuer à placer l’humain au centre, sans penser ses interrelations avec l’ensemble du monde du vivant dont il dépend pour assurer sa survivance. Il devient urgent de dépasser le paradigme de l’exploitation de la nature au profit de l’humain. Un paradigme nouveau émerge – ou réémerge – qui replace la nature au centre du vivant et y intègre l’humain. Ce faisant, les savoirs savants et experts sont revisités à l’aune d’autres rapports au vivant, d’autres modes d’être dans la nature, ainsi que d’autres savoirs, d’autres épistémologies.

Le prodigieux développement technologique participe également de ce décentrement de l’humain : le développement des intelligences artificielles pourrait-il révolutionner ce qui ferait la spécificité de l’humain, la pensée adaptative ? Que nous dit la nature lorsque des épidémies se diffusent à l’échelle de la planète malgré les progrès de la science ? À quelles conditions les technologies peuvent-elle participer aux solutions de demain ? Quels nouveaux outils intellectuels et concrets pour penser les enjeux de l’atténuation du changement climatique et de l’adaptation de nos sociétés à celui-ci ? Ce sont ces questions que le cours Nouvelles compréhensions du monde explorera au second semestre de l’année universitaire 2023-2024, grâce à un dialogue interdisciplinaire et au croisement de nos regards entre le Sénégal et la France.

Bloc 1 (février-mars 2024) « Dépasser l’opposition entre la nature et l’humain : croiser et renouveler les savoirs »

Mouhamadou El Hady Ba (philosophie, UCAD, Sénégal) « Épistémologies du Sud et savoirs endogènes », 7 février 

Zacharia Tiemtoré (Institut supérieur de sécurité humaine / Ecole Normale Supérieure de Ouagadougou, Burkina Faso), « Reconnecter les humains au vivant par les savoirs endogènes », 14 février

Souleymane Bachir Diagne (philosophie, Columbia University / ENS-PSL), « Intelligence naturelle, intelligence artificielle ? », 28 février

Etienne Koechlin (neurosciences, ENS-PSL), « Intelligence naturelle, intelligence artificielle ? », 13 Mars

Ibrahima Diedhiou (agronomie, Université Iba der Thiam, Sénégal) et Katim Touré (économie, Iba der Thiam, Sénégal), « Savoirs endogènes locaux et agriculture durable », 20 Mars­

Eva Wanek (économie, ENS-PSL) « Penser les biens environnementaux », 27 mars

 

 

Bloc 2 (Avril-Mai 2024) « Adaptation : que doit-on penser et construire ensemble ? »

Mardis 23 et 30 avril ; et en mai : les 7, 14, 21 et 28 mai

horaires Sénégal : de 17 à 19 heures. horaires France : de 18 à 20 heures

Qui peut y assister ?

  • Les étudiants et les étudiantes de l’ENS-PSL (Paris, France), de l’université Iba der Thiam (Thiès, Sénégal) qui valident le cours dans le cadre de leurs formations, selon les procédures académiques de leurs institutions. Les cours sont en présentiel et en distanciel.
  •  Les apprenants et les apprenantes du Campus AFD, qui suivent le cours uniquement en distanciel, et qui valident un certificat.
  • Toutes celles et ceux que le cours intéresse, sans certification

L’inscription à ce cours est obligatoire, au sein de chacune des universités et institutions partenaires.

POUR LES ETUDIANT.E.S DE L’ENS : chaque bloc du cours représente 3 ECTS, soit 6 ECTS pour l’ensemble du cours, chaque bloc pouvant être validé indépendamment. Inscription sur Pegasus et auprès de Ysé Auque-Pallez : yse.auquepallez@sciencespo.fr 

A l’ENS, les séances du Bloc 1 auront lieu dans les salles suivantes de 18 à 20 heures :

7 février – salle Gallois (45 rue d’Ulm) 

14 Février – salle Gallois (45 rue d’Ulm) 

28 Février – salle Ribot (29 rue d’Ulm) 

13 Mars – salle Gallois (45 rue d’Ulm) 

20 Mars­ – Amphi Jaurès (29 rue d’Ulm) 

27 Mars – salle Gallois (45 rue d’Ulm)